Faustine Morvan

Faustine Morvan

France - Acrodanse -

Je suis née dans un petit village de Bretagne entre terre et mer. Toute petite déjà, j’apprends très vite à marcher, à grimper, à explorer avec tous mes sens - je vis avec les éléments, la terre, l’eau. On dit que je suis une enfant téméraire. J’ai une grande liberté de mouvement. 

J’explore le dessin libre, la musique libre - “Quand je serai grande, je serai une star” : j’ai 4 ans et je l’affirme.

Aujourd’hui, oui. Finalement, on y est presque sur scène.

J’explore le corps à travers la danse rythmique et le judo.  Mon enseignante recommande alors à ma mère de me mettre à la gymnastique. 

En effet, j’essaye sans cesse de faire la roue, l’équilibre, où que je sois.

Dès que j’ai un public, je veux faire un spectacle.

Pour m'accompagner dans mes rêves, je commence par pratiquer assidûment la gymnastique artistique et la danse contemporaine : d’un côté, une structure, une certaine rigueur, de l’autre une recherche de liberté dans le mouvement.

Puis à 10 ans, je demande à aller dans un collège avec option art du cirque. Ma première lettre de motivation, mon premier entretien, je suis acceptée,

Durant 4 ans, je continue d’explorer les différentes propositions du cirque,  

Je vis chaque année sans savoir où cela me mènera et si j’en ferai mon activité. 

À 15 ans, orientation, un choix à faire ! Je décide de continuer ce chemin, partir au lycée option art du cirque à Châtellerault, une autre lettre, un autre entretien, des sélections et oui, à nouveau la vie me dit OUI et me voilà pour trois années à explorer toujours plus cet univers ! 

Je grandis, mûris, me questionne : ce n'est pas toujours évident ! 

2020 : une année où j’explore un autre aspect du cirque : l'administratif, la gestion : service civique à Fratellini tout en étant libre à côté d’explorer seule ce corps, ces émotions, cette matière que je suis. 

2020 : une année sociale, politique, économique où tout bascule,

Cette expérience m’amène à postuler au CNAC,

Là aussi avec en toile de fond, ces changements, ces restrictions, ces remises en question tant personnelles que politiques, économiques, sociales, je traverse ces années en prenant davantage conscience de qui je suis, de ce qui m’anime : je ne sais pas toujours la forme que cela prendra, j’avance ! Je prends soin de ces qualités artistiques, humaines que le cirque a développées en moi : je peins, photographie, chante. Toujours plus pour élargir mes horizons, aller à la rencontre de la vie en moi tout en souhaitant la partager avec le plus grand nombre.

 

Share