Thomas Botticelli

Thomas Botticelli

France - Trapèze danse -

Bien que je sois français, je suis Thomas Botticelli et je suis un vrai couteau Suisse. Ma sensibilité sensorielle ne m’a jamais quitté ! C’est elle qui nourrit mon désir pour la création. C’est aussi elle qui motive mon exploration à de multiples pratiques artistiques. Petit, j’ai grandi avec l’attention au détail. La couleur de la confiture sur ma tartine, la texture des habits de la boîte à déguisements et le son produit par les objets à hauteur d’un enfant de deux ans quand il les tape à la spatule, sont des choses auxquelles je suis réceptif. La scène devient pour moi le lieu de convergence de ces pratiques artistiques entre photographie, couture et travail du corps, mais c’est avant tout un espace de transmission sensorielle. 

Pour moi, la vie est un cadre, mais c’est la façon dont nous choisissons de le voir qui est intéressante ! Les abris. C’était le thème du devoir sur lequel j’avais choisi de parler : les anémones. L’anémone est l’abri du poisson clown ! L’empreinte du désir de poser un regard différent sur les choses. “Quel est mon cadre ? Comment changer ma perspective sur les contraintes qu’il impose ?”. À mes yeux, il ne s’agit pas de sortir du cadre. Il s’agit plutôt d’explorer les chemins entre le centre et les extrémités du cadre, et d’accueillir les rencontres inopinées qui s’offrent à nous.

C’est à l’Elastique Citrique, en Suisse romande, que j’ai commencé à développer mon imaginaire coloré avant de poursuivre mon parcours à l’Ecole de Cirque de Lausanne, puis à ACaPA pour arriver au CNAC en 2020. Au-delà de ma pratique du trapèze danse et de mon détournement, je tiens aux valeurs circassiennes du travail en collectif de même qu’à l’accès direct au sensible. Le cirque représente pour moi un monde utopique : un monde inclusif dans lequel nos différences sont célébrées alors que la société qui nous entoure chérit la compétitivité.

Passionné par la création de spectacles, je souhaite me diriger vers la mise en scène. La responsabilité d’un groupe ainsi que le rapport à l’autre sont des choses importantes pour moi. Comment cultivons-nous nos rapports à l’individu.e et aux individu.es dans un collectif? Ces réflexions sont au cœur de mon travail actuel. De plus, la question des rencontres et des contrastes est aussi motrice dans mes créations et me pousse à revoir les relations à l’espace, au temps, au corps et à l’objet/la matière. Dans un futur que j’espère proche, je souhaite créer des spectacles sensoriels nous invitant à sublimer nos différences afin de porter un regard différent sur la vie.

 

Share