Federica Pini Sandrelli

Federica Pini Sandrelli

Italie - Trapèze ballant -

Federica voit le jour en novembre 1997 à Milan et grandit dans une famille nourrie d’art et nature. Elle se découvre très vite une passion pour le corps et le vertige en grimpant aux arbres et en s’écorchant les genoux dans les prés de la maison du lac.

Vouée à sauter d’un canapé à l’autre en "imitant le cirque à la télévision", elle pratique la danse classique jusqu’à ce qu’elle rencontre le cirque par hasard : la Piccola Scuola di Circo de Milan installe son chapiteau à deux pas de chez elle et ses parents l’inscrivent à l’âge de 6 ans. Deux ans plus tard, elle voit pour la première fois un trapèze ballant en scène. Là, elle décide que son métier sera trapéziste.

Plus tard, elle fréquente le Lycée littéraire où elle se passionne pour le latin, le grec ancien et l’écriture créative, avant d'être admise à 19 ans, en 2017, à l’École de Cirque Flic de Turin. C’est là qu’elle débute sa formation au trapèze ballant, guidée avec passion et engagement par son maître, le directeur de l’école Matteo Lo Prete. Elle passe trois ans dans ce lieu fertile d’expériences et de rencontres avec l’opportunité de participer à la création de nombreux spectacles collectifs. Elle y rencontre des personnalités telles que Roberto Magro, Claudio Stellato, Simon Thierrée, Eva Ordonez, Piergiorgio Milano et beaucoup d’autres.

En 2020, elle est admise directement en troisième année (Dnsp3) au Centre national des arts du cirque/CNAC de Châlons-en-Champagne. Ici, elle poursuit sa formation technique et artistique toujours en cherchant à trouver son empreinte personnelle pour habiter le vide.

Les arts du cirque fascinent Federica de par leur caractère universel et leur capacité à bouleverser l’âme des spectateurs par les émotions qu'ils provoquent. Mariée à son agrès, elle se sent vivante et capable d’ouvrir comme une quatrième dimension, grâce à son corps à la fois fort et féminin, vecteur de technique et d’émotion.

Federica est fascinée par l'Être sous toutes ses formes, à la fois complexe et divers. Elle souhaite dans ses créations futures fusionner in situ son langage corporel avec l'environnement naturel, sauvage. Un moyen de mêler création artistique et authenticité de l'humain et de la nature.

Actuellement elle collabore avec Lucia Heege Torres, elle aussi trapéziste ballant de la 33e promotion du CNAC, toutes deux poussées par le désir d’expérimenter ensemble, dans le partage de leur vécu et de thèmes communs.

Share