Accueil / Le Centre national des arts du cirque / Une histoire du Centre national des arts du cirque

Une histoire du Centre national des arts du cirque

 

En quête d’identité (1983-1990)

1983. L’association pour la préfiguration d’un Centre national supérieur de formation aux arts du cirque est dirigée par Richard Kubiak, ancien directeur des cirques polonais, assisté de Claude Krespin.

1984. Grâce à la collaboration du ministère de la Culture, de la ville de Châlons-sur-Marne (rebaptisée en 1998 Châlons-en-Champagne), dont le maire est Jean Reyssier, et de la Région Champagne-Ardenne dont le président est Bernard Stasi, grâce aussi à l’entremise de Jack Ralite, le site est choisi : le cirque stable de Châlons, qui date de la fin du XIXe siècle, est alors agrandi en 1984.

1985. Le Centre regroupe trois organismes complémentaires : l'Ecole supérieure des arts du cirque, la Section de perfectionnement et de formation professionnelle et le Service de la documentation et de la recherche.
Le cursus dure quatre années. Il repose sur les techniques de cirque, y compris l’art équestre, les arts frères (musique, danse, jeu d’acteur) et les enseignements généraux (anatomie, langues vivantes…). La première promotion entre en septembre 1985.Le lundi 13 janvier 1986, Jack Lang, ministre de la Culture, inaugure le "Centre national supérieur de formation aux arts du cirque" (intitulé d’origine).

1987. Guy Caron, fondateur de l’école nationale de cirque de Montréal au Québec puis directeur artistique du cirque du Soleil, devient directeur du Cnac.
Le cursus du Cnac sur quatre ans devient diplômant. Deux diplômes voient le jour : le brevet artistique des techniques du cirque (BATC) en deux ans et le diplôme des Métiers des Arts du cirque (DMA, niveau baccalauréat + 2), également en deux ans. Ces deux diplômes sont sous tutelle de l’Académie de Reims et de la DMDTS (DGCA de l'époque).
Le parcours des étudiants est jalonné de nombreuses présentations publiques, dont, en 1988, la participation au festival New circus à Londres et, en décembre, un spectacle mis en scène par Ctibor Turba.

1989. Jean-Jacques Fouché est nommé directeur par intérim. Le Cnac participe aux rencontres des écoles de cirque à Auch en 1989 : le partenariat avec le festival Circa ne cessera de s’enrichir.
Les premières années sont difficiles : différentes visions de l’artiste de cirque et de l’enseignement s’affrontent. La place de l’exploit individuel, le rapport des enseignements artistiques aux techniques de cirque sont très discutés. Les étudiants tirent leur épingle du jeu en puisant dans ces différentes approches.

 

 L’art au premier plan (1990-2002)

1990. Bernard Turin devient directeur général. Sculpteur, plasticien, notamment dans le champ de l’art éphémère, et trapéziste amateur, il est à l’origine de l’école de Rosny-sous-Bois.

1991. En septembre 1991, la 7e promotion arrive à Rosny-sous-Bois, car le cursus de quatre ans est scindé en deux cycles de deux ans. Le premier s’effectue alors par délégation à l’Ecole du cirque de Rosny-sous-Bois. Il permet l’admission au Centre national des arts du cirque, pour intégrer un cycle supérieur de deux ans, suivi d’un trimestre consacré à la production du spectacle de fin d’études.
Bernard Turin restera directeur des deux structures jusqu’en 1994.
Le Cnac privilégie la pluridisciplinarité des enseignements : l’étudiant se confronte à des intervenants venant de tous les champs artistiques.
Le spectacle de sortie est l’occasion pour l’étudiant de travailler au sein d’un collectif et au service d’un metteur en scène. En 1998, le dispositif pédagogique est complété par un spectacle de la promotion sortante constitué de présentations individuelles, représentant une unité de valeur dans le diplôme.

1993. Le Cnac s’ouvre au monde : une mission pédagogique part plusieurs semaines à la rencontre d’écoles de cirque en Asie.

1994. Des sessions de formation de formateurs sont organisées jusqu‘en 1996. Plusieurs présentations publiques des étudiants sont organisées avec des stagiaires de la section perfectionnement et de la formation professionnelle.

1995. Le Cri du Caméléon, spectacle de sortie de la 7e promotion mis en scène par Josef Nadj, connaît un retentissement considérable. Ce spectacle tourne de 1996 à 1999, en France et à l’étranger.

1996. Louis Joinet, haut magistrat et président du Conseil national des arts de la piste, devient président du Cnac.

1998. La Cellule d’insertion professionnelle est mise en place avec le soutien de la région Champagne-Ardenne et favorise l’entrée des étudiants dans le métier, notamment à travers la diffusion du spectacle issu du projet pédagogique du Cnac.
Le Cnac rassemble, dans le cadre du festival Circa, des artistes de toutes les disciplines pour un séminaire sur les écritures artistiques et le cirque, qui donne lieu à une publication.
Nourrir la recherche et la réflexion est une préoccupation constante du Cnac, qui organise régulièrement des rencontres sur ce sujet comme sur d’autres problématiques de l’artiste. En 2002, le colloque sur la médecine du cirque fera aussi l’objet d’une publication.
Une irrigation continue : les présentations se succèdent et contribuent à la sensibilisation du public au cirque contemporain. En 1990, les 3e et 4e promotions effectuent une tournée d’été dans le cadre du festival les Arts au soleil. Le Cnac participe régulièrement au festival Furies et se déplace parfois à l’étranger. Ainsi, en septembre 2000, la 13e promotion assure des présentations publiques accompagnées d’ateliers au Red River Revel festival (Etats-Unis). Depuis 1996, les spectacles de fin d’études sont présentés à l’espace chapiteaux du Parc de la Villette à Paris et dans d’autres villes.
Outre les spectacles de sortie, le Cnac présente régulièrement des spectacles mis en scène ou accompagnés par des créateurs, notamment : Les Nuits Enchantées de Mozart (juin 1991), avec la 4e promotion mise de scène par Mireille Laroche, Dialogue sous chapiteau, présentation de la 6e promotion avec la compagnie Pierre Doussaint (juin 1993), Fragments de désir (1998), présentation de la 10e promotion mise en scène par Moïse Touré, C'est fou c'qu'on meurt de nos jours (juin 1999), présentation de la 14e promotion avec Gilles Defacque.


Nouvelles recherches autour des fondamentaux (2003-2005)

2003. Jean-Luc Baillet, ancien directeur d’HorsLesMurs, et Alexandre Del Perugia, pédagogue, succèdent à Bernard Turin.
La codirection axe son projet sur les fondamentaux du cirque et réorganise le Cnac en pôles : "école supérieure", "ressources recherche", "nomade". La pédagogie porte une attention particulière au travail sur l’espace circulaire, à la relation à l’autre, et réintroduit un apprentissage équestre : le "Cheval partenaire".
Les "Hors pistes", en particulier aux Arcs et à la Seyne-sur-Mer, apportent l’expérience de différents contextes de travail et de rencontre avec le public, cherchent un autre rapport à l’agrès et au mouvement.

2004. La formation continue propose plusieurs formations longues, afin d’accompagner l’artiste et le pédagogue.
De 2004 à 2006, le Cnac développe des actions de sensibilisation des publics aux arts du cirque dans le cadre de la politique de la ville à Saint-Dizier, Sedan, Troyes. "Ecole en piste", projet d’éducation artistique en partenariat avec l’Education nationale, interroge l’articulation entre les jeux enfantins et circassiens. L’expérience fera l’objet du DVD Jeux d’enfance, jeux de cirque.

 

Maturité… et nouveaux enjeux (2005-2013)

2005. Jean-François Marguerin, administrateur civil du ministère de la Culture, devient directeur du Cnac.

2006. Bernard Latarjet, ancien président du Parc de La Villette, devient président du Cnac.
Le Cnac devient "Pôle associé" de la Bibliothèque nationale de France (BnF) pour ses ressources documentaires, notamment audiovisuelles, constituées de fonds de collectes, de captations des présentations de l’école et de spectacles de compagnies, réalisées à Circa depuis de nombreuses années.

2007. L’"Espace chapiteaux" est créé sur un terrain proche du cirque stable.

2008. L’insertion professionnelle est réorganisée. Elle commence par un stage d’immersion dans une compagnie ou une structure culturelle durant la première année du cursus. Elle se poursuit, à l’issue des deux années de formation, en deux phases : la création du spectacle de fin d’études sous la direction d’un artiste invité et la tournée, puis l’accompagnement de projet de recherche personnel ou l’insertion dans des compagnies.
Parallèlement, le Cnac se dote d’une nouvelle politique éditoriale. Le DVD LE NUANCIER DU CIRQUE et la collection Quel Cirque ?, coéditée avec Actes-Sud, voient le jour.

2009. Des tournées internationales accompagnées d’ateliers sont organisées : en Amérique latine avec la 20e promotion en 2009, en Italie et dans les pays de l’Est avec la 21e promotion en 2010, au Maroc avec la 22e promotion en 2011, …

2011. Le cirque stable est entièrement rénové après plus d'un an de travaux alors que le Cnac fête ses 25 ans d’activités.

2012. Les travaux d’extension du Cnac sur l’Espace chapiteaux sont envisagés sur 2012/2013. Ils comportent de de nouveaux studios de répétition et d'enseignement, des bureaux administratifs et des logements d’accueil en résidence. Le marché de réalisation des nouveaux bâtiments, sur l'ancienne friche de la Coopérative agricole marnaise, est attribué à l'agence marseillaise ARM ARCHITECTURE/Poitevin Reynaud.
Après avoir assuré pendant quatre années la direction de l'Ecole supérieure des arts du cirque (Esac) de Bruxelles, Gérard Fasoli devient directeur général du Cnac en décembre 2012.

2013. Martine Tridde, Responsable du mécénat Groupe BNP Paribas est élue en janvier présidente du Cnac, après l'expiration du mandat de Bernard Latarjet.
Le chantier des travaux d'extension débute en décembre 2014 pour une durée de 18 mois.
Gérard Fasoli développe son projet d'établissement, axé prioritairement sur la recherche et sur la formation tout au long de la vie. Le Cnac s’engage vers de nouveaux diplômes en harmonisation avec l’Europe.

2014. Le Cnac se voit habilité, pour une durée de 5 ans, à délivrer le Diplôme national supérieur professionnel (DNSP) d'Artiste de cirque, en co-diplômation avec l'UFR des Arts de l'Université de Picardie Jules Verne (parcours "Arts du spectacle" – option "arts du cirque").

2015. Le Cnac est habilité également pour 5 ans, et conjointement avec l’Ecole nationale des arts du cirque (Enacr) de Rosny-sous-Bois et l’Académie Fratellini, à délivrer le Diplôme d'Etat de Professeur de cirque (D.E. Cirque, niveau III).
L'établissement est labellisé dans le cadre de l’Année France-Corée 2015-2016. Il développe par ailleurs ses premières formations professionnelles en Corée et au Japon.
Il met également en place, en partenariat avec l’Institut international de la Marionnette (IIM) de Charleville-Mézières, la chaire ICiMa / Innovation Cirque et Marionnette. Il initie et développe de nombreux projets de recherche dans le domaine des matériaux (éléments scénographiques, textiles innovants, …), du geste et du mouvement (biomécanique, analyse du geste, illusion, notation Benesh adaptée aux arts du cirque, …) et de la terminologie (création de référentiels internationaux).
En juin, le Cnac prend livraison du chantier de la Marnaise et investit les bâtiments en ordre de marche à la rentrée suivante.

2016. L'Ecole supérieure des arts du cirque / Esac de Bruxelles et le Cnac mutualisent leurs compétences pour proposer un Certificat en dramaturgie circassienne, une formation unique et approfondie sur différentes approches de la dramaturgie circassienne et de sa mise en pratique.
La première "promotion" se voit délivrer le diplôme d'Etat de professeur de cirque, sur épreuves et en validation des acquis de l'expérience / VAE. Le Cnac assure seul la gestion administrative du dispositif VAE.
En décembre, le Cnac et la Bibliothèque nationale de France / BnF lancent les anthologies les arts du cirque, un site multimedia pour découvrir des disciplines du cirque depuis leurs origines, à travers une approche transversale. Il rend visibles et accessibles à tous une iconographie et des ressources en grande partie inédites. La mise en ligne porte sur l'acrobatie. Trois autres axes sont en préparation (jonglerie et magie, art clownesque, dressage).

2017. Le Cnac étend le dispositif de validation des acquis de l'expérience / VAE au Diplôme national supérieur professionnel d'artiste de cirque (Dnsp-AC, niveau II) et au titre de Technicien de cirque.


Share
espaceur

 

 

 

 

 

Centre national des arts du cirque (Cnac) Châlons-en-Champagne

 

Centre national des arts du cirque (Cnac) Châlons-en-Champagne

 

Centre national des arts du cirque (Cnac) Châlons-en-Champagne

 

Centre national des arts du cirque (Cnac) Châlons-en-Champagne

 

Centre national des arts du cirque (Cnac) Châlons-en-Champagne

Logo ministère de la Culture Logo Région Grand Est Alsace Champagne-Ardenne LorraineLogo Région Grand Est Alsace Champagne-Ardenne Lorraine Conseil départemental de la Marne Ville de Châlons-en-Champagne Logo Communauté d'Agglomération de Châlons-en-Champagne

Centre national des arts du cirque - 1 rue du cirque - F 51000 Châlons-en-Champagne / Tél ++33 (0)3 26 21 12 43
CNAC - Mentions légales - Copyright 2005-2016 Centre national des arts du cirque - Photos Ph. Cibille, Ch. Raynaud de Lage, P. Hardy